jeudi 4 novembre 2010

Comment casser trois pattes à un poulet

Bienvenu, me revoilà pour de nouvelles aventures.

Aujourd'hui en ce vendredi midi du 3 novembre de l'an 10 du 21ème siècle, j'arpentais les rues de Toulouse en quête d'un mess où me restaurer.

C'est au travers de la rue d'Austerlitz non loin de la place Wilson que mon dévolu se jeta sur le "Pategrain", où la carte de l'heure du repas de la mi-journée m'annonçais la dégustation d'une volaille de qualité, élevé en plein air Gascon à la démarche économique et respectant le commerce équitable, ainsi qu'un brin constant de qualité sur tout le circuit de distribution.

Afin de me restaurer j'ai choisi "La Formule Pategrain du Midi" pour la modique somme de 13 écus européens. Il comprenait une "salade craquante de saison" en ouvre bouche qui donnée une belle touche de vert pour commencer mon repas.








Après avoir dégusté cette salade craquante à souhait et pétillante de fraicheur, c'est en me levant à la recherche du petit coin, que je pu admirer la somptueuse toile accrochée au mur.






C'est en entrant au petit coin qui s'avère très propre d'ailleurs, que j'aperçus la belle vasque en  pierre où se laver les poignes. L'eau coulant instinctivement en présence de mes mains, c'est au cœur d'un blanc torchon que je pu m'essuyer.











Revenant à ma table, c'est à cet instant précis que le brave et attentionné serveur m'apporta le Rôt composé d'un poulet rôtis à la broche et sa roste, le tout garni d'un succulent gratin de macaronis,  hum ...
La peau de l'aile, ainsi que la cuisse étaient dorée à souhait et la viande difficile à délier des os affirmait une chair ferme et savoureuse.
Enfin la troisième composant de mon écuelle n'était autre qu'une bonne portion de blanc de poulet, où chaque coup d'opinel me donnait l'eau à la bouche.


Le petit crouton de pain grillé dans la graisse de la volaille argumentait ces délicieux macaronis, juste gratiné d'un fromage râpé doré à points.

Pour la modique somme de 13 sous, j'ai pu me restaurer d'une salade et de volaille de qualité ce midi. Conclusion le "Pategrain" encore une bonne petite adresse au centre de notre bonne vieille Toulouse, où l'accueil chaleureux accompagne une bonne dégustation de produits typique du cœur de la Gascogne.

Seul bémol, la faible taille de la salle qui devient vite bruyante dès l'arrivée d'autres preneurs. Tan pis, c'est sur que l'on ne va pas réserver le restaurant pour moi tout seul hihi !

Voilà un bon plus pour ce petit "Pategrain", a+ vers de nouvelles aventures.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire