dimanche 28 novembre 2010

Petite visite à Cordes-sur-ciel

Aujourd'hui je suis allé à Cordes-sur-ciels pour le marché de Noël, honnêtement c'est une superbe ville. La brumes encore présente dans la cité rendait vraiment les rues mystique. A midi au moment de manger nous sommes allés au restaurant "L'Auberge de la Halle" sur la place centrale.






Après avoir lu plusieurs avis sur internet négatif, excusez-moi, mais je ne suis pas d'accord. Ce dimanche pour 17 euro entrée+plat+dessert, personnellement j'ai trouvé cela vraiment correct ! Le service rapide, gens accueillant, autant le serveur que la serveuse aussi, la salade de gésier était très bonne (comme je l'aime avec les gésiers tièdes).




Ensuite le navarin d'agneau était aussi à mon goût, tendre, parfumé et chaud après même après 20 minutes servis dans sa cassolette. J'ai goûté la croustade maison, ébé franchement je n'ai pas été déçu.








Croustade maison avec des véritables pomme, une belle croute de sucre légèrement grillé donnant une belle couleur marron, mais pas trop. Servi tiède, hum ... un régale.
Je conseille ce restaurant et je ne suis pas quelqu'un de facile quand je bouffe au restaurant, j'ai la critique difficile alors si les autres personnes qui donnent leurs avis sur le net n'ont pas aimé, ils peuvent sûrement faire mieux chez eux.



Ensuite les quantités servies sont de taille "bouchée", donc on ne sort pas du restaurant en éclatant. Ceci est positif pour les gens qui ne mangent pas trop, car ils peuvent goûter entrée+plat+dessert et les gros mangeurs seront un peu déçus.







Les deux "petits" points négatifs que j'ai pu en tirer sont:
- Une salle pas assez espacé donc pas mal de bruit.
- Il faisait un peu froid.

PS: la vue est superbe pour les tables à côtés des fenêtres

lundi 22 novembre 2010

Improvisation totale

Hello ce week-end j'ai improvisé une petite recette, ou même revisitait.

Des nems au poisson ! En allant samedi matin dans mon supermarché habituel, j'ai eu envie de poisson. Or je n'avais pas envie de trop penser à une recette connu, alors je me suis dit si je ne fesait pas des sushis, pas du poisson en papillote mais bien des nems au poisson ...

Quelle idée me direz-vous, arrivant devant le poissonier j'ai alors décidé de prendre du poisson blanc. Du sabre était en promotion, niquel je prends !

Arrivais chez moi je me suis d'abord attaqué à la farce, champignon noir, vermicelle de riz, pousse de soja, gingembre, de la menthe, un bon oeuf pour lier la farce ...


Pour le sabre, j'ai dabord enlevé du filet la nervure centrale et je ensuite découpé en petit cube pour une cuisson plus rapide. J'aurais très bien pu découper des lamelles et les rouler dans les nems comme des makis.

Pour la cuisson j'ai fait au four, à 200°C durant 20 minutes et surtout sans huile !
Ils étaient un peu dorée mais pas beaucoup, mais croustillant. Seul bémol au quel je n'avais pas pensé était l'eau rejetée par le poisson, qui a sur quelque nems dégouliné sur le papier cuisson ...

Enfin bref au bout de 20 minutes (pensez chaque 5 minutes à les tourner pour faire croustiller tous les côtés), servit avec de la purée de brocolis et une pincé de piment d'espelette, ainsi que mélange de céréales drésser avec un emporte pièce (épéréautre, blé, semoule ...), hum ... un régale totalement improvisé.

vendredi 19 novembre 2010

Motivation fougassé hier soir

Désolé, une erreur est survenue. Veuillez essayer d'actualiser la page.
Hier soir, ayant rien à faire je me suis lancé dans la réalisation d'une fougasse nature.

Pas mal pour un premier essai, à part qu'elle manquée peut-être un peu de cuisson.


Dans un saladier j'ai mis de la farine avec un puits au milieu, après, j'ai rajouté une cuillère à café de sel sur les côtés du puits.

J'ai mélangé la levure de boulanger avec de l'eau tiède dans un verre et ajouté de l'eau dans le puits avec une cuillère à soupe d'huile d'olive, le temps que la levure réagisse dans le verre.

J'ai un peu mélangé l'appareil dans le saladier et j'ai ensuite ajouté la levure/eau dans la préparation.

Touillant un peu, j'ai ensuite pétri le tout sur ma surface de travail en ajoutant farine ou de l'eau, jusqu'à arriver à une boule bien niquel (8-10 minutes de pétrissage sans forcément trop chauffer la pâte).

Ensuite je l'ai mise dans le saladier badigeonné d'un peu d'huile d'olive, l'ayant filmé je l'ai dessuite mise après dans le four (sans fonctionnement) avec un verre d'eau (pour l'humidité). Je l'ai laissé environ 1h le temps qu'elle double de volume.

La sortant de son saladier je l'ai ensuite étalé au rouleau sur une plaque de cuisson. J'ai pris un couteau et réalisé quelques entailles afin de lui donner une belle forme. Enfin je l'ai laissé reposer de nouveau dans le four avec un verre d'eau 30-45 minutes le temps qu'elle lève encore.

Enfin faite des entailles au couteau sur le dessus pour lui permettre de gonfler et ensuite la badigeonner d'eau avec un pinceau. Enfourner 20 minutes au four à 220°C.
Pour ma part elle est ressortie blanche, donc surêment pas assez cuite (voir laisser 5 minutes de plus), et tester de la badigeonner d'huile d'olive ou avec un jaune d'oeuf à mon avis.

Voili, voulu

Adrien

mardi 16 novembre 2010

Le désespoir du Québec

C'est aujourd'hui où je suis allé tester O'Québec à mon grand enthousiasme celui-ci est vide redescendu.

Au début un accueil chaleureux, décoration essentiellement dans l'ambiance du Canada, chalets, grandes étendues sauvages.






12h, la charmante serveuse me fit asseoir à une table en me passant la carte.

Ayant fait mon choix j'ai dû attendre jusqu'à 12h10 pour qu'on s'occupe de moi, sachant qu'il ne devait même pas y avoir plus de 10 clients dans le restaurant.

J'ai donc commandé en entrée un "croquant de brie à l'érable avec sa salade",
 je n'ai pas vraiment senti l'érable, mais crémeux et savoureux. Ne casse pas trois dents à un castor quand même.

En plat principal j'ai pris une tourtière "Sauté de cerf à la québécoise" une croûte dorée, avec un lit de pommes de terre fondantes, cela fait vraiment sauté de cerf uniquement recouverts d'une croute de pâte sur une cassole. Enfin la salade servie avec était pratiquement la même qu'avec le croquant ...

Bref ce concept de tourtière est à mon goût pas encore très au point, avec une sauce plus liquide qu'autre chose. De plus le joli cheveux trouvé au fond m'a vite écoeuré. Cette tourtière ne scie pas trois bois au pauvre cerf qui a fini dedans ...

Pour les toilettes c'était propre à part que le robinet ne coulait pas assez, donc la galère pour se rincer et le séche mains au niveau de la tête n'envoyait aucun air chaud ... de plus ayant les mains en l'air afin de les sécher, toute l'eau dégoulinait le long des manches.

Enfin, la chose que j'ai le plus mal pris c'est le serveur qui n'arrêtait pas de rester à côté de moi à m'espionner, surtout en demandant si cela allait alors que j'avais attendu 25 minutes mon croquant de brie à l'érable ... ayant attendu 12h10 pour qu'on veuille bien prendre ma commande, j'ai du aussi attendre 12h40 pour commencer à tâter le bout de mon croquant. Heureusement qu'ils m'avaient servi trois pauvres miche de pain en attendant que le brie veuille bien sortir de la chèvre ...

Bref pour 19.90 euro le menu "Aventurier", le O'Québec ne sont pas près de me revoir, en passant que je peux surement mieux faire leurs plats à la maison.

dimanche 14 novembre 2010

Du malte !

Aujourd'hui c'est à "La Malterie" que j'ai fini par allé manger.

La décoration est au rendez-vous, très surprenant  cette imense angars où les machines à fabriquer la bière font office de décoration.

Tonneaux, machine à décanté, cette décoration est vraiment associé au thème du restaurant vu qu'ils produisent la bière sur place.

Leur bières sont super bonne ayant gouté de l'ambré une première fois, j'ai été agréablement surpris de gouter la blanche ! Plus raffiné au goût je prefère largement celle-la.

Niveau service, le serveur était vraiment gentil bien que le service fut un peu long. Pour les plats je dirais typique du nord, aslace, lorraine ...

Parmit l'impressionnante carte de choix disponible (où j'y perdais litérallement la tête), j'ai fini par prendre une salade de chèvre chaux en entrée et une flamenkuch tex mex.

La salade était super bonne avec 4 à 5 tranches de pain de campagne arrosé de chèvre fondu, ainsi qu'un bol de miel à disposition pour tartiner le tout. Hum ... un vrai décile et je n'oublie pas la tomate dans l'assiète, qui donné une pointe de couleur.

Au tour de la flamenkuch, façon "Tex mex" avec des poivrons rouges, cheddar, lardons ... et j'en passe. Elle était très bonne avec cette patte fine qui fait vraiment tortillas, j'ai était quand même un peu dessus sur le garnissage si laisse vide un peu les bords de la flam ...

L'originalité a été sur l'assiète de la flam, qui n'était autre que la palette de bois sur laquel elle avait cuit au four.

Au final bon rapport qualité prix, 8,70 euro la salade (grosse assiète) et 9,10 la flamenkuch qui donne au final 17,80 euro. Un peu plus cher que les restaurants au je suis allé d'habitude, mais la quatité y était et la qualité n'était pas négligé façon fast food.

Enfin les toilettes étaient très propres, juste un peu chiant d'aller à l'autre bout du angars à chaque fois ...

Bref si vous êtes de passage sur labège allez y faire un tour, c'est une bonne petite adresse:

05 62 88 82 22
Rue Pierre-Gilles de Gennes
31670 Labège


Pour informations c'est l'ancient "Les 3 brasseurs"

Voili, voulu a+

samedi 13 novembre 2010

Inspiration café gourmand

Aujourd'hui 11 novembre, rien à faire à la maison ...

Mes parents travaillant au parquet j'ai donc décidé de leur préparer un petit café gourmand pour 16h.

L'idée était de leur faire avec un café pour chacun (d'une marque que je ne siterais points ...), un assemble de meringues/caramel.

Au milieu j'ai rassamblé trois meringues que j'avais confectionné le matin même, avec du caramel.

Pour la recette des meringues je la mettrais plus tard en ligne peut-être, pour le décors (une espèce de coupole en caramel)  rien de plus simple !

Faite chauffer du sucre dans une casserole, une fois liquide prenez s'en une cuillière à soupe et verser sur le tout d'une loupe préalablement huilée des stries de caramel. Former d'abord le cercle extérieur, ensuite les fibres au milieu du cercle. Pour le décoller attendez que le caramel soit froid et solidifié.

jeudi 4 novembre 2010

Comment casser trois pattes à un poulet

Bienvenu, me revoilà pour de nouvelles aventures.

Aujourd'hui en ce vendredi midi du 3 novembre de l'an 10 du 21ème siècle, j'arpentais les rues de Toulouse en quête d'un mess où me restaurer.

C'est au travers de la rue d'Austerlitz non loin de la place Wilson que mon dévolu se jeta sur le "Pategrain", où la carte de l'heure du repas de la mi-journée m'annonçais la dégustation d'une volaille de qualité, élevé en plein air Gascon à la démarche économique et respectant le commerce équitable, ainsi qu'un brin constant de qualité sur tout le circuit de distribution.

Afin de me restaurer j'ai choisi "La Formule Pategrain du Midi" pour la modique somme de 13 écus européens. Il comprenait une "salade craquante de saison" en ouvre bouche qui donnée une belle touche de vert pour commencer mon repas.








Après avoir dégusté cette salade craquante à souhait et pétillante de fraicheur, c'est en me levant à la recherche du petit coin, que je pu admirer la somptueuse toile accrochée au mur.






C'est en entrant au petit coin qui s'avère très propre d'ailleurs, que j'aperçus la belle vasque en  pierre où se laver les poignes. L'eau coulant instinctivement en présence de mes mains, c'est au cœur d'un blanc torchon que je pu m'essuyer.











Revenant à ma table, c'est à cet instant précis que le brave et attentionné serveur m'apporta le Rôt composé d'un poulet rôtis à la broche et sa roste, le tout garni d'un succulent gratin de macaronis,  hum ...
La peau de l'aile, ainsi que la cuisse étaient dorée à souhait et la viande difficile à délier des os affirmait une chair ferme et savoureuse.
Enfin la troisième composant de mon écuelle n'était autre qu'une bonne portion de blanc de poulet, où chaque coup d'opinel me donnait l'eau à la bouche.


Le petit crouton de pain grillé dans la graisse de la volaille argumentait ces délicieux macaronis, juste gratiné d'un fromage râpé doré à points.

Pour la modique somme de 13 sous, j'ai pu me restaurer d'une salade et de volaille de qualité ce midi. Conclusion le "Pategrain" encore une bonne petite adresse au centre de notre bonne vieille Toulouse, où l'accueil chaleureux accompagne une bonne dégustation de produits typique du cœur de la Gascogne.

Seul bémol, la faible taille de la salle qui devient vite bruyante dès l'arrivée d'autres preneurs. Tan pis, c'est sur que l'on ne va pas réserver le restaurant pour moi tout seul hihi !

Voilà un bon plus pour ce petit "Pategrain", a+ vers de nouvelles aventures.